Faire une randonnée alpine

L’automne est arrivé à l’Ouest du Canada et il est encore si bon de savourer les derniers rayons -chauds- du soleil.

Nous avons profité d’un long week-end pour nous rendre dans la montagne de la Colombie-Britannique, à Pemberton exactement, loin des attractions touristiques de la province. Deux amis locaux nous ont emmené faire une randonnée alpine d’environ 3h au total.

Nous sommes éblouis par la beauté des paysages : les couleurs jaune, orange et rouge se mélangent dans les forêts, tout en étant accompagnées d’aigles qui volent au-dessus de nous et des ours au loin qui mangent les dernières baies de la saison.

Nous passons sur notre chemin des refuges où les skieurs et randonneurs d’hiver font escale pour une pause en pleine nature. Les portent restent ouvertes, on peut donc observer l’intérieur où sont amménagés un sommier de lit en mezzanine, une table, des pierres chaudes, le tout dans une ambiance très rustique.

Nous arrivons enfin au point culminant de la randonnée : place à une vue à 360°, laissant apparaître des glaciers, des sommets encore enneigés et des villages dans la profondeur de la vallée.

Assommés par cette vue époustouflante, j’en profite pour m’entretenir avec nos amis, qui découvrent le lieu en même temps que nous.

Les randonnées comme celles-ci sont nombreuses. Connaître ou discuter avec des personnes locales permet de sortir des sentiers battus et d’admirer des régions davantage habitées par la faune que par l’humain.

 

C.

 

 

 

Admirer un lac glacier

Les lacs des glaciers !

Celui-ci est Moraine Lake, l’un des plus connus avec Lake Louise, en Alberta mais on retrouve ces lacs bleus partout autour des chaînes de montagnes!

Je n’avais jamais rien vu d’aussi beau, et d’aussi bleu ! La couleur est incroyable, irréelle. L’eau du lac, qui descend des montagnes, contient une poussière de roche glaciaire. Cette poussière absorbe toutes les couleurs du spectre lumineux à l’exception du bleu, que le soleil peut faire éclater quand il fait beau, d’où cette incroyable couleur. Spectacle garanti !

Pour profiter de cet endroit, il faut cependant s’y rendre entre juillet et fin septembre, autrement le lac est gelé.

Il est possible de faire une balade d’environ une heure tout autour, pour admirer la splendeur de cet endroit sous différents angles. On retrouve également un petit café et une boutique de souvenirs. Un peu plus loin, mais presque fondues dans la forêt, on peut apercevoir des petites cabanes en bois pour rester la nuit. Moraine Lake a su garder un côté sauvage, plus naturel que Lake Louise, dont l’immense hôtel Fairmont surplombe le lac.

« J’ai vu beaucoup de chaînes de montagnes accompagnées de lacs en Amérique du Nord et aussi en Europe. Mais celui-ci est vraiment incroyable. On arrive devant et on a le souffle coupé. Je n’habite pas très loin et je n’étais jamais venu. Je suis émerveillé devant la beauté et la sérénité de cet endroit. C’est comme si on faisait un arrêt sur image, le temps s’arrête et on admire la beauté de notre planète », me confit un marcheur.

Nous avons louer un canoë pour faire une balade sur le lac. L’eau est presque davantage bleue quand on se rapproche d’elle ! Sur le lac, quelques autres canoës sont ici et là mais la sérénité est au rendez-vous. On peut approcher les montagnes d’un peu plus près, voir l’eau descendre des glaciers et observer les aigles voler.

DSC_0025

Une expérience inoubliable.

C.

Course à pied – 10k

Une de mes premières courses à pieds au Canada ! Mais surtout, celle dont le chrono affiche le meilleur temps !

Le journal local Times Colonist organise tous les ans une grande course de 10 km que l’on appelle le TC10k. Il s’agit d’une course absolument magnifique dans le centre ville de Victoria, longeant la mer et face au parc national Péninsule Olympique.

Mais pour avoir participé à plusieurs courses dans le pays, l’ambiance est très similaire d’une course à une autre malgré des climats différents : de la musique, des séances de fitness avant de commencer la course et des coureurs de bonne humeur !

Je rencontre Tom, un fidèle.

« C’est ma douzième année. Je fais plusieurs courses dans l’année, mais celle-ci, puisqu’elle redistribue ses recettes aux fondations humanitaires de la ville, notre participation est symbolique ! Et puis avec autant de personnes, c’est le fun. On se rend compte que beaucoup partagent le même désir : une vie plus saine !

Maintenant, je m’entraîne pour mon premier semi-marathon !

Pour celles et ceux qui sont intéressés, l’enseigne de sport coopérative MEC organise des courses à pied à travers le pays, toute l’année et à des prix sont très abordables. Plus d’infos par ici. 

C.

Régate Canada

Waouuuuu ! Une régate au Canada !

Nous avions rencontré par hazard un skipper qui a exactement le même bateau que le nôtre, sauf que lui fait des régates. Puisque nous apprenons encore à naviguer, il nous a invité à venir l’aider et aider l’équipage sur son bateau pour une course – nous avons donc participer pour la première fois à une régate !

Nous étions dans le sud de l’Île de Vancouver, où les régates sont finalement très nombreuses. Celle-ci était organisée par le Royal Victoria Yacht Club.

Toutes sortes de bateau à voile sont les bienvenues. Pour une plus grande égalité entre petits et grands voiliers, il y a des « handicaps » affiliés à chacun.

C’est donc une course de vitesse entre plusieurs bateaux sur un parcours fermé et délimité par des bouées que les concurrents contournent dans un sens pré-établi.

Avant le coup d’envoi, les bateaux attendent derrière la ligne de départ… tout en naviguant sans moteur, l’équipage est donc déjà en plein travail pour contrôler un maximum le bateau… très proche les uns des autres.

Une fois partis, les bateaux sont très éloignés. C’est étrange cette compétition avec des concurrents que nous ne voyons presque pas dans le paysage… Un équipage est comme une fourmilière : chacun à son rôle et tout le monde travaille ! Les vents changent de direction, la météo fait des caprices, une baleine nous distrait au loin… toutes les conditions font de chaque voyage en mer un moment assurément unique. La régate, puisqu’elle inclut la compétition est différente mais les principes restent les mêmes que la navigation de croisière : on réfléchit pour prendre les bonnes décisions, on se dépensent physiquement et on s’amuse en pleine nature !

Sur le bateau, j’ai fait la rencontre de Martine. « Quand j’étais plus jeune, mes amis allaient skier alors que ce n’était pas vraiment mon truc. Et puis j’ai découvert complètement par hazard la voile. J’ai toute suite adoré ! J’ai pris un cours qui m’a beaucoup aidé : j’ai enfin compris les termes essentiels de navigation, et surtout j’ai pu commencer l’apprentissage des conditions météorologiques. J’apprends toujours.. et à chaque sortie ! La voile est un sport qui permet de se connecter vraiment avec la nature, où chaque jour est différent à cause des conditions, et c’est bon pour le moral ! Les régates donnent de l’adrénaline mais j’aime aussi les croisières, que j’essaie de faire plus souvent afin d’avoir un meilleur équilibre en tant que skipper amatrice. »

Pour celles et ceux qui débutent, c’est aussi du fun, et les cours sont nombreux dans le monde entier !

C.